Un accélérateur du désastre

En décembre 2015, les médias romands annoncent l’arrivée dans la région lémanique d’un « incubateur » ou « accélérateur » américain de start-up appelé MassChallenge. Soutenu localement par les industriels Nestlé et Bühler, ainsi que par le Swiss Economic Forum et le réseau Inartis, il organise un événement de lancement en février 2016 au Campus Biotech de Genève. On nous vantait déjà à longueur d’année les « jeunes pousses » créées à grand renfort de fonds et de fondations pour le « transfert de technologies » par de jeunes diplômé·e·s de l’EPFL (école polytechnique fédérale de Lausanne). Désormais, on passe au stade supérieur, avec ces dits accélérateurs qui seraient déjà légion dans le monde de la high-tech.

Continuer la lecture de « Un accélérateur du désastre »

Jacques Ellul (1912-1994) : le phénomène technique

Historien, sociologue, théologien protestant et philosophe libertaire, Jacques Ellul est un penseur fondamentalement inclassable surtout connu pour ses réflexions sur la technique et l’aliénation au XXe siècle. Il est tout à la fois un théoricien marxien (plutôt que marxiste) de la révolution politique et sociale et un anarchiste chrétien considérant la Bible comme un livre libertaire et appelant au rejet des institutions. Adepte résolu de la résistance non-violente aux conformismes, aux lieux communs et aux sollicitations de l’environnement social, il accorde une importance fondamentale à la liberté. Son œuvre, qui est immense, ne peut être présentée qu’à travers des thèmes et des fragments choisis, principalement ici à travers son approche du phénomène technique telle qu’elle est développée dans La technique ou l’enjeu du siècle (1954), qui restera son ouvrage majeur.

Très tôt, c’est-à-dire dès les années 1930, Ellul s’engage dans l’Eglise réformée de France tout en se passionnant pour l’œuvre de Karl Marx. Cela le situe dans une double perspective, qu’il considère comme une tension porteuse de sens, entre la théologie de la liberté et la sociologie marxiste. Dès 1934, il est aussi engagé avec son ami Bernard Charbonneau dans la mouvance personnaliste. Il anime un groupe non-conformiste, lié d’une part à la revue Esprit, d’obédience chrétienne, et d’autre part avec un groupe intitulé « Ordre nouveau », qui critique la société américaine et les désordres psychologique d’un appareil de production fondé sur les principes du taylorisme et du fordisme. Il mène par ailleurs des études de droit, une matière qu’il enseigne en faculté de 1937 à 1940, date à laquelle il est révoqué pour ses critiques envers le maréchal Pétain. Son père, qui a la nationalité britannique et autrichienne est alors interné, puis déporté. Lui-même se réfugie à la campagne, et participe en 1943-44 à la Résistance. Après la Libération, il enseigne l’histoire des institutions et l’histoire sociale, en particulier la pensée de Marx, à la faculté de droit de Bordeaux (1944-1980). Il devient aussi, pour un temps (1956-1971), membre du Conseil national de l’Eglise, qu’il tente vainement de transformer en mouvement actif au sein de la société française.

De 1973 à 1977, Ellul s’investit avec Bernard Charbonneau, s’investit dans une association écologiste intitulée Comité de défense de la côte aquitaine. Resté toute sa vie fidèle à ses racines provinciales, il considère que ce choix a nui à la reconnaissance et à la diffusion de son œuvre, car la France demeure un pays où les activités intellectuelles demeurent extrêmement centralisées.

Source : Article « Jacques Ellul » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia.

Critique technologique
La centrale nucléaire du Bugey, parfait symbole de l’idéologie technicienne contemporaine, qui selon Ellul a remplacé le scientisme hérité du XIXe siècle (© EDF, 2018).
Continuer la lecture de « Jacques Ellul (1912-1994) : le phénomène technique »

Bernard Charbonneau (1910-1996): retrouver Eden

Critique de la technologie
Bernard Charbonneau (© Wikipedia Commons)

Penseur français connu pour avoir dénoncé dès les années 1930 ce qu’il considérait être la dictature de l’économie et du développement. Dès 1935, il rédige avec son ami Jacques Ellul des Directives pour un manifeste personnaliste dans lequel il critique, au nom d’un idéal de liberté et d’autonomie, l’idéologie productiviste et techniciste qui anime tout autant le libéralisme que le communisme ou le fascisme et conclut par appel pour une cité ascétique afin que l’homme vive. Cette prise de position, et l’œuvre critique qui suivra, lui vaudront d’être considéré a posteriori comme un pionnier de l’écologie politique.

Continuer la lecture de « Bernard Charbonneau (1910-1996): retrouver Eden »

Lewis Mumford (1895-1990) : le mythe de la machine

Critique technologique
Pittsburgh à l’époque de la révolution industrielle, vue depuis la rivière Monongahela. C’est d’abord en tant qu’urbaniste, et à partir des villes, que Mumford a élaboré sa réflexion sur le développement historique des techniques et sur leur emprise dans les sociétés humaines.

Dans Technics and Civilization (1934), Lewis Mumford développait une vision encore assez optimiste de l’ère néotechnique appelée à succéder à l’ère paléotechnique : grâce à l’électricité, qui devait succéder au règne destructeur de la machine à vapeur et à l’exploitation de l’homme par l’homme, il espérait voir venir une époque où la vie organique reprendrait ses droits et où, après la dureté de l’ère industrielle, l’humanité renouerait avec une croissance harmonieuse.

Continuer la lecture de « Lewis Mumford (1895-1990) : le mythe de la machine »

Rachel Carson (1907-1964): DDT et pollution

Critique de la technologie
Rachel Carson vers 1940, d’après une photo d’employée du US Fish and Wildlife Service (© Wikipedia Commons).

Rachel Carson est une biologiste marine et une vulgarisatrice scientifique américaine. Elle a fait l’essentiel de sa carrière au Bureau des pêches des Etats-Unis (« US Bureau of Fisheries », puis « US Fish and Wildlife Service »), pour lequel elle rédigeait des articles de vulgarisation, fondés sur des données rigoureuses, destinés à paraître dans la grande presse de l’époque. En 1951, elle publie The Sea around us, qui est un énorme best-seller et lui permet de devenir un écrivain reconnu. Suivent alors The Edge of the Sea (1955), ainsi que la réédition de Under the Sea-Wind, son premier livre qui datait de 1941. L’ensemble constitue une trilogie d’ouvrages sur la mer, qui sont autant d’hymnes à l’interdépendance de tous les êtres vivants, en particulier les poissons, les mollusques et les oiseaux marins. À la fin des années 1950, Rachel Carson se concentre sur la protection de l’environnement et sur les problèmes causés par des pesticides de synthèse, en particulier le DDT. Ceci la conduit à publier Silent Spring (1962), dont le retentissement aboutira quelques années après sa mort en 1964 à la création de l’« Environmental Protection Agency » (1970) et surtout à l’interdiction du DDT aux Etats-Unis (1972).

Continuer la lecture de « Rachel Carson (1907-1964): DDT et pollution »

Günther Anders (1902-1992) : sur la bombe

Critique technologique
Le centre d’Hiroshima après l’explosion de la bombe.

Die Antiquiertheit des Menschen, Band I: Über die Seele im Zeitalter der zweiten industriellen Revolution (1956)

Traduction française : L’obsolescence de l’homme, t. 1 : Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (2002).

Le thème du 4e essai de l’ouvrage, qui est l’aveuglement devant l’apocalypse, a obsédé Günther Anders pendant la plus grande partie de sa vie. Dans la préface à la 5e édition, qui date de 1979, il écrivait :

Continuer la lecture de « Günther Anders (1902-1992) : sur la bombe »

Georges Bernanos (1888-1948)

Critique technologique
Georges Bernanos vers 1940 (© Wikipedia Commons)

Ecrivain catholique et monarchiste, proche pendant un certain temps de l’Action française, et combattant volontaire de la Première guerre mondiale, Georges Bernanos illustre une fois de plus la variété des horizons politiques des auteurs technocritiques, et en l’occurrence la fréquence des critiques d’origine conservatrice. L’auteur de Sous le soleil de Satan (1926) et du Journal d’un curé de campagne (1936) a en effet publié en 1944 un petit ouvrage intitulé La France contre les robots, dans lequel il critique violemment la société industrielle, estimant que le machinisme limite la liberté des hommes et perturbe jusqu’à leur mode de pensée. Bernanos considère que la libre-entreprise, en satisfaisant les vices de l’homme plutôt que ses besoins, ne conduit pas au bonheur. Il rappelle que la concurrence universelle des entreprises peut plonger des familles entières dans la ruine du jour au lendemain. Fidèle à sa pensée nationaliste, il estime cependant que la civilisation française est incompatible avec l’idolâtrie pour la technique qui caractérise le monde anglo-saxon.

Continuer la lecture de « Georges Bernanos (1888-1948) »

Friedrich Georg Jünger (1898-1977)

Ecrivain allemand, frère cadet d’Ernst Jünger. Engagé volontaire dans la Première guerre mondiale, il est grièvement blessé à la bataille de Langemark (1914). Après la guerre, il étudie le droit et l’économie jusqu’en 1923, lorsque l’occupation française de la Ruhr l’amène à radicaliser son nationalisme. Il publie alors Aufmarsch des Nationalismus (1926) où il réclame un réarmement technique et idéologique de l’Allemagne sur le modèle de l’Union soviétique.

Continuer la lecture de « Friedrich Georg Jünger (1898-1977) »

Lewis Mumford (1895-1990) : première période

Critique technologique
Usines Oriol et Alamagny sur la rivière Gier et la rue Vignette à Lyon (circa 1885).

Lewis Mumford est un auteur non-universitaire qui a choisi de vivre comme un écrivain indépendant. D’abord spécialiste de l’histoire de la littérature américaine, il s’intéresse également très tôt au cadre bâti et aux techniques. C’est d’ailleurs dans le champ de l’architecture et de la planification urbaine qu’il connaîtra, notamment avec The City in History (1961), ses plus grands succès. Dans le domaine des techniques, il est notamment connu pour Technics and Civilization (1934), qui conserve un certain optimisme, et pour The Myth of the Machine, ouvrage nettement plus critique dont les deux volumes paraîtront en 1967 et 1970.

Continuer la lecture de « Lewis Mumford (1895-1990) : première période »