Jacques Ellul (1912-1994) : la technique comme système

En poursuivant sa réflexion sur la technique, Jacques Ellul a produit deux ouvrages supplémentaires : Le système technicien (1977) et Le bluff technologique (1988). Le premier vise à élaborer un modèle d’analyse théorique de la société moderne, basé sur l’idée que la technique forme désormais un système englobant, résultat de l’interconnexion croissante de tous les réseaux (banques de données, flux, productions, circuits de distribution, publicité etc.). C’est un phénomène que le développement de l’informatique promet encore d’amplifier. Dans le second ouvrage, Ellul étudie les dysfonctionnements du système technicien et de sa rétroaction, ainsi que les vaines tentatives de correction de ses propres erreurs. Sa thèse principale est que le système technicien, exalté par la puissance informatique, a échappé définitivement à la volonté directionnelle de l’homme.

“More More More More More Production”, affiche publiée vers 1942-43 par L’Office for Emergency Management US (National Archives at College Park, Maryland) (© Wikipedia Commons). Selon Ellul, le problème majeur n’est pas le capitalisme, mais le productivisme qui l’englobe.

Le système technicien (1977)

Introduction

Raymond Aron a ainsi parlé de « société industrielle ». Notre société l’est certes toujours, mais ce n’est plus l’essentiel. Non seulement, la puissance des machines n’a cessé de croître depuis le 19e siècle, mais le gigantisme soulève des problèmes techniques nouveaux, qui nécessitent un degré plus élevé de complexité technique. Il y a aussi une intégration entre machines assurant des fonctions différentes. Enfin, rien ne peut plus fonctionner sans automatisation et sans décentralisation de l’information.

Radovan Richta a montré que nous sommes donc passés de la société industrielle à une « société technicienne », c’est-à-dire d’un système de production centralisé, hiérarchisé, à croissance linéaire avec une division du travail, à un système décentralisé, sans hiérarchie ni division du travail et où le facteur de production principal n’est plus l’homme mais l’invention scientifique et l’innovation technique. Le système technicien qui en résulte est donc ouvert, évolue de façon polyvalente et non linéaire.

Daniel Bell a parlé de « civilisation post-industrielle » afin de mettre en évidence l’importance nouvelle de l’économie de services ou du secteur tertiaire. Alain Touraine a parlé de « société industrielle avancée » pour souligner l’importance de l’organisation, de la programmation, de la bureaucratie. On a aussi parlé de société de consommation, de société d’abondance, de société de l’information et même de société du spectacle, pour souligner le fait que l’homme moderne assiste à tout en spectateur. Brzezinski enfin a parlé de « société technétronique » afin de mettre en évidence la place de l’électronique dans le système technologique moderne.

Le système technicien, qui rend fondamentalement compte de tous ces aspects, s’accomplit dans une circulation incessante entre la production et la consommation, qui concerne les biens industriels, les services, les informations, les symboles, les loisirs, les idéologies et même l’éducation. Seule l’amélioration technique de l’organisation et de l’intégration de la production-consommation permet en effet de réaliser le projet d’une société d’abondance, de sorte que même le système capitaliste est englobé dans le système technicien. Conclusion : le stade de la société technicienne est maintenant dépassé ; du fait que la technique a pris une ampleur et une organisation nouvelles, nous en sommes au stade du système technicien. Tout ce qui constituait la vie sociale (travail, loisir, religion, culture, institutions), tout ce qui formait la trame de la vie est maintenant technicisé, homogénéisé, intégré dans un ensemble nouveau qui n’est pas la société et qui ne permet plus aucune organisation sociale ou politique significative. La technique impose l’abstraction de toutes les activités, de tous les travaux, de tous les conflits, situés dans une actualité sans profondeur. La technique efface le principe même de réalité sociale : elle fait prendre du non-réel (images, symboles, biens de consommation) pour un réel. Nous vivons dans une société virtuelle. Certains auteurs pensent cependant que même la mégamachine de Mumford, symbolisée aujourd’hui par l’ordinateur, n’est encore rien par rapport au conformisme de la société, où le sens même de la liberté individuelle a disparu. La mégamachine requiert de l’ordre, qui engendre de plus en plus d’ordre et ne supporte pas le plus petit désordre.

La mégamachine informatique permet aussi de connaître chacun dans sa totalité et la diffusion des informations qu’elle recèle permet le contrôle de chacun par tous. Le système technicien moderne aboutit ainsi à transformer la société elle-même en un système technicien. La société technicienne fonctionnait encore grâce à des produits naturels : elle ne transformait pas la nature en machine. Le système technicien fait lui de la société toute entière une machine. Mais de même que la machine provoque des perturbations dans le milieu naturel, de même le système technicien provoque des désordres, des incohérences et des irrationalités dans la société.

La technique en tant que concept

En tant que concept, la Technique permet de comprendre un ensemble de phénomènes qui resteraient invisibles si l’on en restait au niveau de l’évidence perceptible des techniques. Historiquement, la technique désignait d’abord un savoir faire (la technique d’un peintre par exemple), puis les procédés de construction et d’utilisation des machines. La science qui étudiait ces techniques s’appelait elle-même la technologie. La technique a ensuite été assimilée aux opérations industrielles, particulièrement celles relatives à la fourniture d’énergie, et l’on a parlé de première révolution industrielle, caractérisée par l’emploi du charbon, de seconde révolution industrielle (électricité) et même de troisième révolution industrielle (énergie nucléaire). Peut-être même l’ordinateur sera-t-il à l’origine d’une quatrième révolution industrielle. Mais alors, ce n’est plus la croissance exponentielle de l’utilisation d’énergie qui devient le phénomène dominant, mais tout l’appareillage d’organisation, de mémorisation et de préparation à la décision qui se substitue à l’homme dans un nombre croissant d’opérations intellectuelles. Cette application de techniques spécifiques donne à la Technique un caractère de généralité par rapport aux machines elles-mêmes, avec des conséquences considérables sur le comportement des hommes et l’organisation des sociétés.            

En réalité, il y a désormais bien d’autres techniques que celles qui se rapportent aux machines, car partout où il y a recherche et application de moyens nouveaux en fonction du critère d’efficacité, on peut dire qu’il y a Technique. Du fait même de leur nombre et de leur densité, les techniques prennent donc une consistance nouvelle, qui leur permet de recouvrir progressivement tout le champ des activités humaines. La Technique cesse ainsi d’être une addition de techniques pour arriver, par un jeu de combinaisons et d’universalisation, à constituer un milieu et un système, qui est à la fois autonome et spécifique. Par conséquent, la technologie, c’est-à-dire la science des techniques, devrait désormais inclure une dimension sociologique.

La technique comme milieu

En tant que procédé, organisation, la Technique est bien plus une médiation qu’un instrument. C’est d’ailleurs une médiation exclusive de toute autre : il n’y plus d’autres rapports de l’homme à la nature que la médiation technique, qui s’impose et devient totale. La Technique forme alors un écran continu entre l’homme et la nature, mais aussi dans les relations entre les individus : là encore, tout devient technique. Les relations humaines ne peuvent plus être laissées au hasard, aux traditions ou aux codes culturels : tout doit être mis au jour, élucidé, puis transformé en schémas techniques, de façon que chacun jour exactement le rôle qu’on attend de lui. Le code est devenu technique. La technique est désormais le support de la communication interhumaine, de sorte que l’homme s’engage dans un modèle de communion unique, centralisé et exclusif.

Or, en tant que seul médiateur maintenant reconnu, la Technique échappe en réalité à tout système de valeurs. Comme il n’y a plus d’autre médiateur, qui trouverait en effet les moyens de la soumettre ? Le peuple lui-même est déjà devenu technicien, comme l’Etat, et il ne comprend plus rien aux problèmes réels qui se posent. Situé à l’intérieur même du système, il subit la pression de la réalité technique déjà existante et même celle de la réalité technique attendue ou prévisible. A l’image de l’automobiliste qui ne supporte pas les limitations de vitesse, l’opinion ne supporterait pas que ne soit pas réalisé ce qui est techniquement possible.

Cette médiation par la technique est essentiellement stérile et stérilisante, car elle implique une médiation claire et ordonnée, qui écarte tout ce qui autour d’elle serait susceptible de troubler cette rigueur. La conscience sociale ou individuelle est aujourd’hui formée directement par la présence de la Technique. Nous y sommes plongés sans la médiation d’une culture ou d’une pensée pour laquelle la Technique ne serait qu’un objet. Notre conscience, sans souvenir et sans projet, est devenue le simple reflet du milieu technicien.

Cette médiatisation technique de la relation humaine produit un sentiment croissant de solitude individuelle dans un monde de communication généralisée. Ces médiations se sont tellement généralisées, étendues, multipliées, qu’elles ont fini par constituer un nouvel univers : le « milieu technicien ». Cela veut dire que l’homme a cessé d’être dans le milieu naturel pour se situer maintenant dans un nouveau milieu artificiel. Il ne vit plus au contact des réalités de la terre et de l’eau, mais au contact des instruments et des objets qui forment la totalité de son environnement. L’homme n’a plus affaire avec les éléments naturels qu’à travers un ensemble complet de techniques. Or en tant que milieu de vie, la Technique demande des efforts d’adaptation comparables à ceux qu’avait exigé primitivement le milieu naturel.

Même le milieu urbain, qui est une sorte d’intermédiaire entre le milieu naturel et le milieu technique, est voué à se transformer en milieu purement technique. Bien que formé uniquement de produits techniques, il s’est en effet développé de façon anarchique, sans la rigueur, la simplicité et la rationalité des techniques. Mais les Suédois nous montrent le chemin : grâce à une planification rigoureuse, un système de transports en commun efficace et la création de toutes pièces de banlieues nouvelles, ils sont arrivés à un degré à peu près parfait de technicisation du milieu urbain. Ils ont réalisé ainsi un milieu agréable. Mais on se demande maintenant ce qui doit survenir une fois que cette perfection est atteinte.

En tant qu’hommes modernes, nous ne sommes plus appelés à utiliser des techniques, mais à vivre avec elles, au milieu d’elles. Le milieu technicien n’est plus un ensemble de moyens que nous employons parfois pour travailler ou nous distraire, mais un ensemble cohérent qui nous corsette de toutes parts, s’introduit en nous-mêmes, et dont nous ne pouvons plus nous défaire. Il est maintenant devenu notre unique milieu de vie.

Même la prolifération des objets est un effet de la Technique. Cette prolifération ne répond pas à un désir de l’homme : c’est l’effet mécanique de l’application des moyens techniques. Moins qu’un envahissement de notre société par des objets, c’est l’effet d’une multiplication à l’infini des moyens, qui seuls sont glorifiés au détriment des fins. Même pour les marxistes, l’enjeu du combat n’est pas un pouvoir consommatoire élevé, mais la propriété des moyens de production, c’est-à-dire la possession de la technique. La conclusion est que notre univers n’est pas un univers d’objets, mais un univers des moyens et un système technicien. De sorte que le fameux épuisement des ressources naturelles n’est lui-même pas seulement le résultat d’une utilisation abusive des techniques, mais essentiellement la conséquence de la constitution de la technique comme nouveau milieu de l’homme.

Ce milieu technicien suppose la substitution de tout ce qui était le milieu naturel et donc l’accomplissement de toutes ses fonctions. Cette artificialité du milieu technique le rend radicalement exclusif. La propriété elle-même perd de son importance au profit du savoir ; la matière première devient secondaire par rapport au produit. Au lieu d’une nature qui nous imposait ses règles et son rythme d’évolution, une nature dans laquelle nous utilisions des instruments pour vivre mieux, nous avons maintenant la Technique qui nous dicte ses règles, détermine les structures sociales et nous impose son rythme. Ce milieu technicien devient système, de sorte que nous avons tendance à considérer spontanément toute question, toute situation comme relevant d’une technique. Nous sommes désemparés lorsque nous n’arrivons pas à aborder une affaire quelconque comme un problème technique. Le statut de la femme elle-même devient dans notre société un problème technique. Même les études sur le langage tendent à réduire celui-ci à un certain nombre de structures, de fonctions et de mécanismes. A travers cette opération de réduction, le langage pourra enfin rentrer exactement dans cet univers technicien et sera réduit à cette fonction de communication indispensable pour la création du système. Cette technicisation du langage constitue une véritable agression.

La technique comme facteur déterminant

Dans les problèmes socio-politiques de la société occidentale, le facteur déterminant principal est le système technicien. Tous les domaines de la vie deviennent de plus en plus technicisés, notamment ce qui relève de la gestion de l’Etat et de l’économie.

La technique fait augmenter les compétences de l’Etat, de sorte que l’on assiste, depuis les années 1930, à la centralisation des pouvoirs de l’Etat. Néanmoins, l’homme politique traditionnel a de moins en moins de pouvoir réel, car l’énormité et la complexité des questions font qu’il dépend étroitement des bureaux d’étude, des experts, des techniciens et des administrateurs qui préparent les dossiers. On peut donc parler d’Etat technicien, même si ce qui change le plus l’organisme étatique est en fait l’application des techniques d’organisation à la gestion de l’économie et de la société. Quant au citoyen, il a encore moins la capacité de décider des grandes orientations d’un plan économique, car ces orientations dépendent des données établies par les techniciens.

Il est encore plus évident que le facteur déterminant de la croissance de la production, et par conséquent de la population, est le développement technique. Mais les peuples sur-équipés techniquement orientent mal leurs possibilités de production et produisent des biens et des équipements superflus au détriment de la production de base. Il y a ainsi une mauvaise orientation de l’utilisation de la puissance technique, qui ne tient pas compte des besoins mondiaux réels. Le développement massif de la technique produit en fait un certain nombre de transformations de l’individu, qui orientent ses besoins en direction de compensations nécessaires pour le manque d’intérêt de son travail : loisirs, distractions, consommation. Ces gadgets sont indispensables pour tolérer une société de plus en plus impersonnelle. De sorte que plus la production augmente, plus la technicisation progresse, et plus ces besoins augmentent en nombre et en qualité. C’est ce qui explique que le progrès technique ne peut pas se produire en même temps partout, car les besoins des sociétés plus développées ne sont pas les mêmes que ceux des sociétés moins développées. Une société industrielle, et a fortiori une société traditionnelle, ne sont pas tributaires des mêmes critères de jugement qu’une société technicienne.

En fait, une société a besoin, pour se techniciser, de tout un ensemble de services d’organisation et de transports qui permettent le développement des techniques. Chaque progrès de la production ne peut s’effectuer que si au préalable se met en place une énorme organisation, c’est-à-dire une infrastructure sociale d’organisation. Pour effectuer une nouvelle croissance de production, il faut donc une quantité toujours plus élevée de puissances techniques appliquées à des secteurs non directement utiles. Au-delà d’un certain degré de technicisation, on passe donc d’une société déterminée par les facteurs naturels à une société déterminée par les facteurs techniques. Dans cette société technicienne se produisent des mutations de la structure de la société, des besoins et des attitudes de l’homme.

Une des conséquences du passage de la société industrielle à la société technicienne est la transformation de la société qui, de hiérarchique qu’elle était, devient égalitaire : l’exigence d’égalité absolue n’est rien d’autre que le produit idéologique de l’application illimitée de la technique. Un autre aspect est la mutation de la propriété : ce qui la constituait est scindé en droits de participation des actionnaires aux bénéfices. Il n’y aussi plus de métiers, mais seulement des emplois ou des activités. Quant à la culture, elle devient, à l’inverse de ce qu’elle a toujours été, la consommation immédiate d’un produit technique sans substance. C’est donc bien tout l’ensemble des relations humaines, tant inter-individuelles que globales, qui a été modifié. L’ordinateur lui-même contribue puissamment à nous faire passer de la civilisation de l’expérience à la civilisation de la connaissance. Avec lui, la connaissance devient une force de production, et un pouvoir décisif dans la politique. Même la connaissance historique n’est plus le résultat de l’étude des archives, mais une élaboration de problèmes de plus en plus complexes.

La technique comme système

Le système est donc un ensemble d’éléments en relations les uns avec les autres, de telle façon que toute évolution d’un élément provoque une évolution de l’ensemble de que toute modification de l’ensemble se répercute sur chaque élément. De même, toute nouvelle technique modifiera le système et sera modifiée par elle. Mais cela vaut aussi pour les interactions entre la technique et le système social : la croissance de la technique ne laisse pas le corps social intact, mais son développement correspond aussi aux tendances profondes du système social. Cela se voit bien dans l’exemple de l’ordinateur.

Aujourd’hui, la société est technicisée du fait que chaque aspect de la vie humaine est soumis au contrôle et à la manipulation, à l’expérimentation et à l’observation nécessaires à obtenir partout une efficacité démontrable. Le système technique devient nécessaire pour résoudre les problèmes qui surgissent de plus en plus rapidement du fait même de la technique, de sorte qu’on ne peut plus « dé-techniciser » la société. C’est sur cette toile de fond qu’il faut apprécier le rôle de l’ordinateur et celui de la théorie de l’information. Celle-ci, qui est une pensée médiatrice entre les diverses techniques, émerge et s’impose comme une réponse à la nécessité où se trouvait l’homme moderne de tâcher de comprendre le nouvel univers technique. L’explosion informative a donc été nécessaire pour la création du système technique : à partir du moment où le système tend à s’organiser, la demande d’information devient pressante. Alors apparaît un nouveau secteur informatif ayant comme spécificité de recueillir, produire et transmettre des informations qui permettront de constituer la technique en système. Plus nous progressons, plus la part la plus importante de notre monde devient l’information. Le système lui-même tient par le réseau d’informations sans cesse renouvelé, autrement dit par l’ordinateur.

A priori, l’ordinateur est une énigme, dans la mesure où l’homme est incapable de prévoir quoi que de soit au sujet de son influence sur la société et sur l’homme. Ainsi, on ne sait dire si l’ordinateur va provoquer du chômage ou non. On peut seulement avancer que tout progrès technique crée du chômage et des emplois de compensation, et que ce ne sont pas les mêmes qui seront récupérés dans les nouveaux emplois. Ceux-ci seront des techniciens jeunes et hautement qualifiés, rendant irrécupérables les employés âgés et moins qualifiés. Autre question insoluble : l’ordinateur va-t-il provoquer la centralisation ou permettra-t-il la décentralisation ? Il y a des aspects qui plaident pour l’une et l’autre thèse. Enfin, il y a la question des limites de l’ordinateur, autrement dit celle du remplacement total de l’homme, dont la pensée serait rendue inutile.

Ce qu’il faut savoir est que l’ordinateur est le facteur de corrélation du système technicien. Sa véritable fonction est de permettre au système technicien de s’instituer définitivement en organisant et coordonnant les sous-systèmes. Il permet en d’autres termes d’organiser l’infrastructure nécessaire à la croissance illimitée des organisations économiques et administratives. L’ordinateur perturbe les rapports d’autorité, car c’est le programmeur qui devient le chef de l’appareil administratif. Le personnel d’exécution tendra donc à disparaître, et à être reconverti dans les services de prospective et de relations avec le public. Mais la fonction de l’ensemble informatique se limite aussi à permettre la jonction souple, immédiate et universelle entre les sous-systèmes techniques. Il s’établit ainsi un nouvel ensemble de fonctions nouvelles d’où l’homme est exclu, non par la concurrence de l’ordinateur, mais parce que personne ne les a remplies auparavant. Et pour ce qui est de remplacer l’homme, c’est une autre affaire. Il faut se rappeler en effet que la décision n’est jamais la solution d’un problème (ce qui risquerait de souligner l’incapacité, l’incompétence ou l’insuffisance de l’homme face à l’ordinateur), mais la rupture d’un nœud gordien (ce qu’un ordinateur est incapable de faire). Le processus logique n’est donc qu’une partie de la décision, parce que le monde où cette décision doit s’insérer n’est pas rationnel.

L’ordinateur est certes créateur d’une nouvelle réalité, qui dévalue le réel constatable, mais incertain, fragmentaire et subjectif, au profit d’une saisie globale, chiffrée, objective, synthétisée, qui s’impose à nous comme la seule réalité effective. Cependant, l’efficacité impressionnante de l’appareil n’est pas seule en cause. C’est nous qui nous sommes progressivement accoutumés à considérer le réel, même sensible, comme la projection sur une grille culturelle d’un monde que nous ne saisissons jamais en lui-même. Nous considérons cet univers comme subjectif, incertain, raison pour laquelle nous nous tournons vers un appareil rigoureusement objectif, neutre, qui nous livre du monde une transposition mathématique que nous jugeons préférable. Notre habitude à transposer en chiffres le monde dans lequel nous vivons nous fait entrer dans cette réalité de l’ordinateur. Considérer le monde comme fait d’atomes et de molécules, le cosmos comme pris entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, l’énergie et la masse comme interchangeables nous prépare à nous insérer dans un univers abstrait où le chiffre demeure notre seule certitude dans un environnement où plus rien n’est significatif ni assuré. L’univers chiffré de l’ordinateur devient ainsi progressivement l’univers tenu pour réalité dans lequel nous nous insérons.

En conclusion, le système transforme considérablement les appréciations que nous pouvons porter sur les faits et sur les techniques, que nous croyons être libres de choisir, d’adopter ou de rejeter. Mais le problème ne se pose jamais ainsi, car tout nouvel élément technique n’est qu’un rouage dans la machine, une brique de plus dans l’édifice entier. Il est donc parfaitement vain de prétendre que l’ordinateur puisse devenir un organisme de décentralisation et de facilitation des contrôles politiques, car il entre dans un système étatique et politique déjà totalement orienté. Il n’entraînera donc par lui-même aucune démocratisation, ni décentralisation, mais accentuera au contraire le mouvement inverse de surveillance des citoyens et de centralisation des décisions. Il n’y a même aucune chance pour qu’un système juridique puisse nous protéger de cette intrusion. Comme toute nouvelle technique, l’ordinateur ne peut aller que dans le sens déjà établi par l’ensemble du système.

Le système technicien produit des mécanismes de conformation de plus en plus efficaces. Le conformisme à la technique devenant le vrai conformisme social, les autres aspects de la vie (religion, morale, art, vêtements) peuvent bénéficier d’une plus grande liberté apparente. Chacun peut donc affirmer sa personnalité par la consommation, à partir du moment que progresse la société technicienne. Il lui faut d’ailleurs bien produire des compensations pour faciliter l’adaptation de l’homme au système. Plus le système est réellement oppressant, plus l’homme doit compenser par l’affirmation de son indépendance. L’homme inséré dans la société technicienne doit pouvoir se croire créatif et non-conformiste.

Le système technicien n’a par ailleurs pas de feed-back, c’est-à-dire de boucle de rétroaction qui permettrait de corriger ses erreurs. Lorsqu’il produit des irrationalités et des désordres, il développe des processus compensatoires qui lui permettent de continuer à évoluer dans sa propre ligne. C’est pourquoi l’aliénation des travailleurs, la pollution, la destruction de la qualité de vie et la complexification de la société ne pourront pas être résolues par la technique.

L’autonomie du phénomène technique

Ne dépendant finalement que d’elle-même, la technique devient un but en soi, sans tenir compte des besoins humains ou sociaux. Elle est même relativement indépendante de la science et elle détermine la politique, qui est devenue incapable de diriger la croissance technicienne dans un sens ou dans un autre. Le pouvoir politique est au plus celui de mieux gérer la croissance de l’économie induite par la technique. La seule limite de la technique peut venir du manque de ressources économiques, susceptible de l’empêcher de réaliser toutes ses possibilités. La technique suppose en effet la mise en œuvre de capitaux de plus en plus considérables. A part cela, l’impact des révolutions politiques ou économiques sur le système technicien est à peu près nul. Les techniques modernes tendent d’ailleurs à éliminer le travail ouvrier et à placer l’homme en marginal dans le processus de production.

La technique ne progresse pas en fonction d’un idéal moral. Elle ne cherche pas à réaliser des valeurs, ne vise pas une vertu ou un bien. Elle ne supporte d’ailleurs aucun jugement moral, de sorte que le chercheur n’a absolument pas à se poser le problème du bien ou du mal, du permis ou du défendu de sa recherche. Il en va de même pour l’application : ce qui a été trouvé s’applique, tout simplement. L’homme fait ce que la technique lui permet de faire et il a donc entrepris de tout faire. Toute action technique échappe à la morale ou à l’éthique, qui deviennent une affaire purement privée et n’ont rien à voir avec l’activité concrète. Les travaux de philosophie et de sociologie de la technique n’ont aucune espèce de débouché dans le monde des techniciens.

Dit autrement, la technique ne tolère pas d’être arrêtée pour une raison morale. D’ailleurs, nous savons combien la morale est relative. Pour l’homme moderne, tout ce qui est scientifique et technique est légitime. La technique a détruit toutes les échelles de valeurs antérieures. C’est au contraire elle qui devient justifiante : ce qui est fait au nom de la science et du progrès est juste. A partir de là, la technique exige de l’homme un certain nombre de vertus : précision, exactitude, sérieux, réalisme, modestie, dévouement, coopération, efficacité, qui sont autant de valeurs nécessaires pour que le système technique fonctionne bien. On parle désormais d’éthique de la connaissance, qui place la connaissance objective au-dessus du bonheur de l’humanité. Il s’agit d’ailleurs d’une éthique conquérante, quasi nietzschéenne, puisqu’elle est volonté de puissance qui doit amener la noosphère à dominer la biosphère et la géosphère.

La technique se transforme donc en instance suprême : c’est à partir d’elle que tout doit être jugé. C’est le sens profond du lieu commun « on n’arrête pas la technique », ce qui signifie que nous n’en sommes pas maîtres, que nous ne pouvons nous refuser à son progrès. La technique devient une instance morale : ce qui la soutient est un bien, ce qui l’entrave est un mal.            

Enfin, la technique est en soi suppression des limites. Il n’y a pour elle ni opération impossible, ni opération interdite. Elle se développe dans une intolérance absolue des limites, quelles qu’elles soient. Elle n’est donc pas un instrument que l’homme peut utiliser comme il veut : elle a sa logique et son poids à elle, qui vont dans son sens à elle. Elle n’est forcément pas neutre, puisque sa structure et ses exigences entraînent des modifications de l’homme et de la société, conséquences qui s’imposent à nous qu’on le veuille ou non.

Unité et universalité du phénomène technique

Partout où il se produit, le phénomène technique présente des caractères identiques et donne aux hommes un cadre de vie semblable. La technique détermine en effet les modes de vie et les niveaux d’existence : elle créé partout les mêmes comportements, les mêmes croyances, les mêmes idéologies et les mêmes mouvements politiques. C’est la technique qui tisse le cadre d’unité de notre société : elle est devenue le fait déterminant, le facteur enveloppant à l’intérieur duquel évolue notre société. Tout se situe désormais dans le système technique, comme tout se situait au Moyen Age dans le système chrétien.

Les équipements techniques qui influencent notre vie et la qualité de notre environnement ont d’ailleurs des effets à très long terme. Ainsi, lorsqu’une orientation technique a été prise, elle implique une telle mise en œuvre de capitaux, de forces humaines et d’organisation qu’il est matériellement impossible de la réorienter et plus encore de revenir en arrière. L’unité de la technique implique aussi son universalité.

L’universalité de la technique doit se comprendre à la fois comme une sorte de monopole sur la gestion de l’activité humaine et de l’environnement, et comme une universalité géographique. D’un côté en effet, l’environnement artificiel de la technique touche tous les aspects de la vie humaine, donnant à chaque activité (travail, réunions, enseignement, vie intellectuelle, arts, sports, sexualité) une façon de faire et des instruments issus de la technique. Il touche naturellement toutes les classes, qui ont accepté mentalement l’image d’un monde technicien, qui se constitue lui-même en système symbolique. Dans l’espace mental des sociétés techniciennes, les plus hautes philosophies se détériorent ainsi en recettes. La nécessité de la coopération technicienne, qui domine tout, implique aussi, soit dit en passant, une sorte de renonciation à la concurrence.

Le second aspect de l’universalisme technique est géographique : le système technicien se développe en effet dans le monde entier. Ce que transporte ce système dans tous les pays du monde, c’est un style de vie, un ensemble de symboles, une idéologie, car la technique implique un certain type d’organisation économique, une certaine psychologie, un certain type de famille, etc. Le régime politique doit lui-même être bureaucratique et fondé sur les experts. Le Japon à partir de la révolution Meiji est un bel exemple d’une telle adaptation, et la Chine deviendra à son tour une société technicienne exactement comparable aux autres. Tout le drame du Tiers Monde est son inaptitude actuelle à l’utilisation des techniques modernes. La seule voie possible pour ces pays est la technicisation, qui suppose la création de régimes politiques et économiques, d’une organisation sociale et d’une psychologie du travail aptes à l’utilisation optimale de la technique et à son développement en tant que système.

Les peuples du Tiers Monde et leurs dirigeants développent d’ailleurs une véritable obsession pour la technique, seule voie possible de développement et de civilisation. Le virage idéologique est pris partout : la seule vision de l’avenir, c’est la technique. Cette passion technique conduit les élites du Tiers Monde à récuser tout ce qui peut être dit au sujet de la pollution, des déséquilibres écologiques et des dangers de la technique. Le Brésil déclare ainsi « Venez polluer chez nous ! ». Les inciter à trouver leur propre voie vers le développement passe pour antiprogressiste et colonialiste. L’agriculture illustre bien ce processus par lequel les peuples du Tiers Monde abandonnent des méthodes agricoles saines au profit d’une agriculture intensive technicisée (révolution verte), fondée sur l’emploi de machines, d’engrais chimiques et de pesticides, ce qui place ces peuples dans une grande subordination envers les peuples techniciens. Ces techniciens dominent ainsi un paysage social et psychologique en pleine transformation.

Mais dans ce processus d’universalisation, la technique aggrave les scissions au sein d’une communauté globale en plein avènement. En créant des moyens de production qui séparent les riches des pauvres plus durement que jamais, elle élargit en effet l’éventail des conditions humaines et approfondit le fossé qui sépare les conditions matérielles des hommes. L’idéologie de la croissance, qui s’impose dans le monde entier, produit des concurrences et des fragmentations nouvelles. La ressemblance croissante entre les structures des différentes sociétés techniciennes se paie aussi d’une diversification croissante des situations au sein même de ces sociétés. Et à partir du moment où il y a universalité du type technicien, alors la comparaison devient inévitable et l’inégalité saute aux yeux.            

La technicisation implique donc une transformation totale de la société. Elle entraîne une mutation psychique et idéologique par laquelle l’homme renonce à ses espoirs religieux, à ses mythes, à son enracinement dans le passé pour mettre ses espoirs dans le progrès technique et chercher par là une solution à tous ses problèmes. C’est une conséquence de l’universalisme technique. Une autre est l’obsession du transfert de technologie, qui ne peut exister que là où se trouvent des groupes humains prêts à la recevoir. Le transfert de technologie suppose donc de pouvoir modeler au préalable un groupe humain organisé qui soit capable de recevoir et d’utiliser au mieux les nouvelles machines et la nouvelle structure technicienne.

L’homme dans le système technicien

Certains auteurs imaginent une combinaison ou une intégration de l’homme et de la machine, voire une sorte de greffe et de mutation qui ferait de l’homme un pur cerveau et système nerveux et la machine devenant physiquement son corps. D’autres pensent plutôt à une exclusion : les optimistes pensent à un homme exclu des travaux pénibles pouvant se consacrer aux joies de la création et de l’élévation spirituelle ; les pessimistes à un homme exclu de toute activité, devenu parasite et superflu, finalement éliminé par la révolte des robots. Mais ces visions machinistes procèdent par ignorance des réalités du système technicien. Il faut partir du fait que l’homme est déjà plongé tout entier dans la sphère de la technique, qu’il n’est pas autonome par rapport à ces objets et qu’il n’est pas souverain par rapport à la technique.

En premier lieu, tout homme devenant conscient trouve la technique déjà en place comme un milieu dans lequel il est appelé à s’insérer. Ce milieu technique est acquis comme une évidence et oblige l’homme à penser en termes d’efficacité et de confort. Il est d’emblée inséré dans un système technicien dont il ne connaît pourtant pas plus les lois que l’homme du XIIe siècle ne connaissait les lois de la nature.

En second lieu, toute la formation intellectuelle prépare à entrer dans le monde technicien. L’humanisme est remplacé par la formation scientifique et technique afin de préparer les jeunes gens à jouer leur rôle dans le monde technicien, à y exercer une profession qui suppose la connaissance de certaines techniques. Dès lors, comment le jeune formé de cette façon pourrait-il procéder à des choix, à des décisions à l’égard de la technique ?

Ensuite, l’individu est sans cesse confronté à la publicité et aux divertissements qui lui présentent l’image, le reflet, l’hypostase du milieu technique dans lequel il doit vivre. Même les loisirs sont adaptateurs à la réalité technique, car il s’agit nécessairement de loisirs de masse, qui doivent donc être organisés. Ce conditionnement incessant rend les gens incapables de fonctionner sans l’assistance de tout un appareillage extra-organique fourni par la déesse machine. L’individu technicisé croit même que la technique est à l’origine de la croissance intellectuelle et artistique de l’humanité, et que la seule forme de rapports qu’il peut entretenir avec la technique est l’adaptation.

Et de fait, la technique accomplit les plus vieux besoins et les plus vieux rêves de l’humanité (combler sa faim, épargner sa peine, assurer sa sécurité), mais aussi des besoins nouveaux, qui expriment l’hubris contemporaine (sexualité libérée, consommation, voyages, sensations de dépassement des limites). L’homme moderne ne peut donc envisager qu’une seule voie à la réalisation et à la satisfaction de ses désirs : la voie technicienne. Dans notre société, l’exaltation du désir ne peut que nous faire avancer dans la voie technicienne. L’homme moderne n’a d’ailleurs aucun point de référence intellectuel, moral ou spirituel à partir duquel il pourrait critiquer ou juger la technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*